Naissance d'un bronze - Renaissance de la matière

 

Constantin Meunier
L'Enfant prodigue (Le Pardon), 1892
Groupe, bronze (moulage en sable), 44,65 x 42,65 x 21,5 cm
Acquis des époux Charles Jacques-Meunier, Bruxelles, 1936
Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, inv. 10000/42

 

 

La 'naissance' d'un bronze n'est autre que la 'renaissance' d'un objet ayant déjà eu une existence matérielle. Les sculptures en bronze ne voient le jour qu'au terme de toute une série d'étapes et de manipulations requérant l'aide de nombreux artisans (praticiens, mouleurs, fondeurs, etc.). Cet ouvrage délégué à d'autres techniciens invite à comparer le sculpteur au père de l'enfant prodigue dans la parabole. Constantin Meunier (1831-1905) sculpte les retrouvailles de ces deux personnages bibliques en 1892. Dans un premier temps, il conçoit des esquisses, des études et des modèles en argile ou en cire. Puis, se basant sur le modèle définitif, il réalise une épreuve en plâtre. Cette version présente toutes les caractéristiques et tous les détails formels visibles dans le bronze. L'épreuve sera utilisée dans un atelier de moulage pour la réalisation de moules ou matrices qui reprennent ces caractéristiques en négatif. Pour L'Enfant prodigue de Meunier, le modèle en plâtre a été imprimé dans du sable silico-argileux enserré dans des châssis. Une fois tassé, le sable est solidifié. Il peut alors être utilisé comme moule, avec l'insertion d'un noyau armé, pour recevoir le bronze liquide. Une fois durci, le bronze est défait de la matrice.


Cette méthode est appelée fonte au sable. Pour les compositions complexes, des parties de la statue sont moulées séparément puis ciselées et assemblées. Le montage se fait à l'aide de chevilles en bronze dont les parties saillantes sont ensuite éliminées par ciselage et polissage. Cette version de L'Enfant prodigue est restée inachevée ; elle révèle une part du processus technique complexe de sa réalisation.


Copyright © 2020 BELSPO